Carnet de route

Traversée du Bec deSormiou

Sortie :  du

Le 13/12/2014 par ALESSIO André

                       

 

Un roc?  Un pic?  Un cap?  Une péninsule?  Pas vraiment non.  Un bec?  Oui un bec, voilà vous y êtes.  Le bec de Sormiou !

 

Nous sommes le dimanche 7 décembre. Il est 9h. Le temps est couvert et très venteux. 5 marcheurs derrière José sur le parcours de la traversée du Bec de Sormiou.

 

Sentier noir sur le côté droit de la calanque, descente au bord de l'eau par des dalles usées et glissantes, 3 cordées ( José et Gérard, Serge et Madeleine, Geneviève et moi ) pour gravir un mur de 20 m. raide, humide et patiné (3c) et nous voilà devant la grotte du Capélan.

 

Lumineuse et grandiose quand le soleil est à l'est et pénètre par sa fenêtre supérieure, magique et bleutée quand les derniers rayons du couchant se faufilent par un boyau souterrain jusqu'à son petit lac intérieur, rougeâtre, ténébreuse et bouillonnante lorque le mauvais temps est de la partie comme aujourd'hui. Pas praticable pour une escalade intérieure!

 

José jette un coup d'oeil vers l'Extrême Bec. Trop de houle. Ca passera pas non plus ! Demi-tour !

 

La mort dans l'âme nous regagnons le village de Sormiou. Le vent tourne. Le ciel se dégage. Nous grimpons vers l'Arche Perdue histoire de manger un peu au soleil. Ca y est, il fait beau!  On est bien. Zut à deux heures près ça passai t! Maintenant c'est foutu ! Tant pis on rentre. Merci quand même José. A+.

                                 

                                        Oui mais c'est pas fini !!!!!

 

Ca faisait trop ma l! Alors avec Geneviève et Gérard on décide de remettre ça le vendredi 12 décembre. Vendredi jour ouvrable, les autres sont pas disponibles, on embauche Marco.

 

Cette fois-ci ça passe. Après la grotte du Capélan une cheminée en 4c, une balade aérienne au-dessus d'une faille maritime, un gendarme à grimper, un rappel qui nous ramène au bord de l'eau et nous voici sur la longue vire qui mène à l'Extrême Bec.

 

L'arête finale (4c,2b,4c,3b) nous parait bien patinée et mouillée, alors on opte pour le contournement en traversée. Une dizaine de mètres à l'horizontale, le dos au vide et à la mer, avec en bas la houle et le ressac qui nous chantent en duo d'une voie grave ,attirante, presque hypnotique :  " C'est pas l'homme qui prend la mer. "  Vraoouumm!  " C'est la mer qui prend l'homme. "  Vraoouumm!  Quelques prises de pieds, quelques prises de mains, (mais quand même beaucoup de points d'accroche pour les dégaines !!). Allez, tout se passe bien.

 

Casse- croûte au pied des falaises de La Tiragne et de ses multiples voies de couenne, là où les grimpeurs adorent venir se la faire griller (la couenne) quand la bise mistraleuse est venue.

 

13H, on est au col de LuÏ Daï. Déjà fini? Oh non dommage !! Bon ben alors on va aller se faire le Dièdre de Guem. C'est juste un peu plus loin.

 

Le Dièdre de Guem, quelques longueurs de 3-4 faciles et ludiques, une petite merveille d'initiation à l'escalade et aux grandes voies équipées. Roche accrocheuse, ambiance maritime et aérienne garantie, sortie avec vue panoramique et à couper le souffle sur le Cap Morgiou et le Cap Canaille, un moment de pur bonheur!

 

Retour par le sentier noir de l'arrivée.

 

Grandes classiques, la traversée du Bec de Sormiou et le Diédre de Guem. A faire et à refaire.

  

         

        

 

        

CLUB ALPIN FRANCAIS AIX EN PROVENCE
MAISON DES ASSOCIATIONS
1 RUE EMILE TAVAN
13100  AIX EN PROVENCE
Contactez-nous
Tél. 04 42 27 85 65
Permanences :
jeudi 19:00 - 20:30
Agenda