Carnet de route

WE convivial des 30/31 mai 2015

Le 16/06/2015 par DE ANDRADE Isabelle et THAREAU Gilles

 

C’est vers 10h30 que, samedi 30 mai, le groupe des douze randonneurs conduit par Geneviève V. entame la descente vers le Verdon. Grâce à un escalier, nous franchissons aisément le «Pas d’Issane » puis le torrent lui-même sur la « passerelle de l’Estellier ». Le soleil chauffe déjà bien ; heureusement, nous marchons à couvert en suivant le sentier de l’Imbut, sur la rive gauche. Avant l’embranchement du sentier Vidal, premier incident : Jean-Luc a un gros problème de semelles et, malgré une réparation de fortune, est contraint à faire demi-tour. Après la gorge étroite du Styx, nous arrivons au fameux endroit où le torrent disparait sous d’énormes blocs rocheux. Quelques-uns s’aventurent dans ce chaos pour apercevoir en aval une sorte de résurgence et pour mieux voir, nous avançons sur des rochers lisses. Malheureusement, au retour, Michele glisse et prend un bain forcé. Il s’agrippe et un kayakiste allemand, tout près de lui, l’aide à remonter sur le rocher. «Elle n’est pas si froide ! » nous assure Michele. Trois autres kayakistes passeront également par cet itinéraire délicat, embarcation sur l’épaule, pour poursuivre leur agréable descente du Verdon.

 

Notre pause déjeuner sera également agrémentée par l’observation de deux cordées de grimpeurs dans des voies de haut niveau technique.

 

Le départ du sentier Vidal est plutôt impressionnant pour des randonneurs : un itinéraire sinueux, mais équipé de main courante, taillé dans la falaise. Une fois la route traversée, nous rejoignons le GR99, sous le soleil pour aboutir à l’hôtel des Cavaliers où, unanimement, nous nous accordons une boisson fraîche (autant que l’accueil, d’ailleurs…) Il va falloir redescendre à nouveau jusqu’à la rivière, franchir la passerelle et remonter au chalet de la Maline. En tout, 950m de dénivelée positive auront été gravis, un peu plus que prévu mais la météo, la condition physique de chacun, l’ambiance et le savoir-faire de Geneviève V. auront permis de terminer agréablement cette randonnée, sans doute un des plus beaux parcours possibles dans les gorges.

 

Pendant ce temps les grimpeurs au nombre de 10, commencent leur matinée en crapahutant dur pour trouver le départ des voies, et c’est raide... Il faudra plusieurs tentatives avant de trouver le bon chemin. Pas de topo, on ne sait donc pas le niveau des voies et leurs longueurs. Les duos s’organisent dans la joie et la bonne humeur et c’est parti pour un bel après-midi de grimpe au soleil parfois étouffant. Fin d’après-midi, Norbert a des difficultés dans une voie, ça semble pas évident... On comprendra plus tard quand le gardien nous annoncera que c’est du 7a+. L’heure de « la bière pression » ayant sonné, nous rangeons corde et matériel... À zut ! Un maillon à vis a été laissé dans une voie, deux sauveteurs se proposent pour aller récupérer l’objet... finalement ils feront une grande voie et nous les attendrons et surveillerons inquiets depuis le gîte, ils arriveront finalement vers 21h...

 

Finalement pas de candidat au canyon en ce samedi matin, les vététistes ont opté pour la rando de Geneviève.

 

Sur place, dimanche 31 mai, les trois voitures quittent le chalet de la Maline avec, à bord, huit randonneurs pour un tout autre circuit, plus aérien, permettant de découvrir le lac de Sainte-Croix. Nous quittons le parking vers 9h30, par une température idéale. Le sentier, en forêt, nous conduit aux grottes de St-Maurin et au départ de plusieurs cascades. Cette zone naturelle réglementée ne nous permet pas de trop s’aventurer. De retour sur le sentier principal, en zig-zag, nous atteignons la crête principale au col de Plein Voir et nous poursuivons notre ascension jusqu’à un belvédère où la vue est exceptionnelle, sur 360°. Huit cents mètres plus bas, les kayaks sur les eaux vertes sont minuscules. Sur la crête, une bonne brise rafraîchit. Nous rejoignons le GR4 pour cheminer sur la crête de l’Ourbes. Vers la fin, une fenêtre dans les rochers nous permet de nous glisser vers le sentier poussiéreux qui nous ramène à la route. Deux petits malins feront du stop et nous pourrons récupérer les voitures sans avoir à marcher sur le goudron (excepté Claude qui s’offrira un footing supplémentaire ; ah ! ces trailers, ils sont infatigables). Encore 900m de dénivelée positive pour une sortie sans incident, cette fois.

 

Les grimpeurs, « canyonnistes » et autres vététistes se forment en petits groupes pour une belle journée sportive et intense !

 

Un week-end très sympa avec une météo au top ! Enfin !!!!







CLUB ALPIN FRANCAIS AIX EN PROVENCE
MAISON DES ASSOCIATIONS
1 RUE EMILE TAVAN
13100  AIX EN PROVENCE
Contactez-nous
Tél. 04 42 27 85 65
Permanences :
jeudi 19:00 - 20:30
Agenda