Carnet de route

Vieil Esclangon, ermitage de Saint Jean du Désert, lame de Facibelle

Le 03/04/2018 par TROTIGNON Laurent

Sortie du 25 mars 2018

Après la randonnée d'hier aux Cloches de Barles, et une bonne nuit de repos, nous quittons le Gîte de "la Gelinotte" en convoi, en direction d’Esclangon, point de départ de la sortie du dimanche. Le Bès, grossi par la pluie de la nuit et  par le début de la fonte des neiges, est impressionnant de puissance. La route se faufile au pied du Blayeul, dans les clues de Barles et du Pérouré. A Esclangon, Delphine nous fait un signe des warnings et nous laisse maintenant 13 marcheurs, prêts à remonter le ravin d’Aigue Belle vers le Vieil Esclangon. La première heure de marche remet en route nos mécaniques rotuliennes, bielles de jambe et diaphragmes. Après la neige immaculée de Chine, voici la boue des chemins.

Mais l’arrivée au vieil Esclangon nous réserve une belle surprise : un grand espace gazonné au soleil et un groupe de chevaux en liberté qui nous observe avec curiosité. Le site du village abandonné est paisible et accueillant. Nous posons les sacs et entreprenons l’ascension du promontoire (1152 m) qui domine le Bès et le site du Vélodrome, à l’Ouest du torrent. L’histoire mouvementée de ces montagnes est expliquée par des panneaux : sédimentation, orogénèse, érosion, mollasse, charriage, … Pendant que Maurice s’intéresse aux nuances de grès, Didier observe la Lame de Facibelle et Patrick recherche des fossiles.

Repartis du Collet, nous arrivons quelques millions d’années plus loin, au bord du Bès après une descente à travers des strates de grès multicolore sur lesquels poussent des pins aux allures de bonsaï. Remontant la route, nous franchissons la clue du Pérouré par le tunnel routier et prenons alors la direction du Sanctuaire de Roche Rousse et de l’Ermitage de Saint Jean du Désert. Une rude montée, courageusement entreprise par tous, malgré les efforts consentis la veille. Des pins nous passons aux hêtres puis à un peuplement de mélèzes qui précède l’Ermitage Saint Jean. Ce dernier est perché sur les strates verticales qui forment le rebord Nord-Est du synclinal d’Auribeau, le Vélodrome. Une petite chapelle restaurée dans le style orthodoxe, vigie, lieu de prière et refuge en pleine nature. C’est là que nous faisons la pause méridienne.

La descente dans le ravin de l’Adret se fait ensuite par un chemin improbable dans ces lames de roche dressées à la verticale, jusqu’à la fameuse Lame de Facibelle, au pied de laquelle nous passons. Nous cheminons alors vers le Sud, en longeant la base des terres jaunes, entre molasse et conglomérat, observant de nombreux bancs d’huîtres fossilisées. Rocher de Gassendi, mission de Tanaron et descente par un confortable chemin muletier sont les dernières étapes de ce circuit qui nous ramène au lit du Bès tout près de nos véhicules. Le plaisir d’arriver se lit sur les visages, Colette et Jeanine sont heureuses d’y être parvenues. Nous trouvons de la bière dans les voitures, du thé dans les thermos pour étancher notre soif. Fil conducteur, le Bès nous ramène vers sa sœur la Bléone et leur cousine la Durance, roulant leurs galets depuis la nuit des temps.

Dénivelé : environ 1050 m - Distance : environ 15 km – 6h30 pauses comprises - Sentiers balisés en bon état.

Voir aussi la photothèque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CLUB ALPIN FRANCAIS AIX EN PROVENCE
MAISON DES ASSOCIATIONS
1 RUE EMILE TAVAN
13100  AIX EN PROVENCE
Contactez-nous
Tél. 04 42 27 85 65
Permanences :
jeudi 19:00 - 20:30
Agenda