Carnet de route

Ascensions du Mont Gioberney et du Pic Coolidge

Le 01/07/2018 par THOMAS Claude

Sortie des 26, 27 et 28 juin 2018 : Mont Gioberney (voie normale cotée F) et Pic Coolidge (voie normale cotée F)

J1 & 2 - Montée au refuge de la Pilatte, ascension du Mont Gioberney et jonction refuge de la Pilatte / refuge Temple-Ecrins

Départ à 8h00 du parking du CREPS ce mardi 26 juin, avec un groupe de 10 personnes, direction La Bérarde, dans la vallée du Vénéon, où nous avons prévu de faire l'ascension de deux sommets "faciles"... c'est-à-dire cotés F : le Mont Gioberney (3351 m) accessible par son arête S (voie normale) depuis le refuge de la Pilatte (2577 m), et le Pic Coolidge (3775 m), également accessible par son arête S depuis le refuge Temple-Ecrins (2410 m), tout juste rénové, et le col de la Temple (3301 m).

Nous serons deux encadrants "randonnée alpine", Franck et moi-même, pour veiller à la sécurité de ce groupe nombreux qui comprend quelques novices, et même une débutante complète, mais aussi des apprentis alpinistes déjà bien débrouillés sinon même confirmés. Richard a déjà gravi les Agneaux par la voie normale, et d'autres sommets, en autonomie ; je connais Isabelle, avec qui j'ai fait le Pic du Glacier d'Arsine deux semaines plus tôt dans le cadre d'un week-end "sécurité neige et glace" organisé par les encadrants alpinisme du club ; Bruno, qui a participé à ma sortie au Pic Jocelme il y a exactement 3 ans, Julien, qui a découvert la randonnée glaciaire lors d'un raid de 5 jours aux "Dômes glaciaires de la Vanoise" que j'avais programmé du 20 au 25 août dernier ; Gilles, encadrant randonnée au club et doyen du groupe, a une solide expérience de la haute montagne ; Cyril, un ami que j'ai invité pour l'occasion et qui a pris sa carte découverte, histoire de faire connaissance avec le CAF d'Aix-en-Provence, avec qui j'ai fait le Râteau sommet E le 27 août dernier et bien d'autres randonnées alpines ; Rachel, la seule du groupe à ne pas avoir d'expérience préalable de la progression sur neige et glace, mais a déjà participé à plusieurs de mes randonnées alpines ; et enfin Théotime, le benjamin du groupe.

Pique-nique à La Bérarde, où nous sommes arrivés aux alentours de 13h00... eh oui, ce n'est pas la porte à côté, bienheureux les Grenoblois ! La montée au refuge de la Pilatte s'étire dans la haute vallée du Vénéon, avec le glacier de la Pilatte et les Bans en point de mire. Un fastidieux crapahut de près de 3h30, avec les sacs alourdis par les cordes et la matos d'alpinisme glaciaire, ça tire un peu sur les épaules. Là-haut, pas de douche (chaude ou froide), l'installation est hors-service, on fait comme on peut pour se débarbouiller au lavabo, dur, dur... Dîner servi à 18h45, plus tard qu'à l'hôpital, mais plus tôt qu'à la maison ! A ma grande surprise, bien qu'on soit en début de saison, et en milieu de semaine, le refuge est bondé... nous ne serons pas tout seuls à faire l'ascension du Gioberney demain !

Il faut dire que le réveil est prévu à 4h00. Nous avons préparé les sacs la veille, et partons à la frontale à 5h00 pour attaquer les vires rocheuses au-dessus du refuge. Le jour vient juste de commencer quand on met pied sur les névés, en ce début de saison. On met les crampons, ça prend un peu de temps pour les novices qui doivent remettre leurs guêtres afin de mettre les boucles d'attache à l'extérieur, il y en a même un qui a oublié de régler ses crampons... Mais ça ne nous empêche pas de progresser à un rythme normal, car les participants sont tous en bonne forme physique, nous progressons à la même vitesse que les autres cordées parties avant nous. On s'encorde sur le glacier, même si celui-ci est débonnaire, et on progresse corde tendue jusqu'au col du Gioberney, où nous attaquons la partie rocheuse, sans grande difficulté, si ce n'est le risque de chutes de pierres. On reste sagement encordés, de façon rapprochée sur ce terrain et arrivons sur le coup des 8h30 au sommet du Gioberney, où Cyril nous épate par sa connaissance encyclopédique des sommets environnants, dont il nous donne non seulement le nom, mais l'altitude exacte ! Les Rouies, la Pointe du Vallon des Etages, le Sirac, la Barre et le Dôme des Ecrins, le Pic Coolidge, le Grand Pic de la Meije, la Pointe des Boeufs Rouges, etc., il serait fastidieux de les nommer tous. Il fait un temps radieux, la visibilité est parfaite, un régal pour les yeux d'être au sommet de ce beau belvédère.

De retour au col, Franck, Richard et Cyril se laissent tenter par la Pointe Richardson (3312 m) toute proche. Ce n'était pas à mon programme, mais qu'elle est attirante, cette pointe, avec son beau parcours d'arête encore bien enneigé. Pour ma part, je décide sagement de ramener le reste du groupe au refuge, où nous arrivons bien avant midi. Le pique-nique sur la terrasse ensoleillée est le bienvenu, il faut reprendre des forces, car la journée n'est pas finie, on doit encore rejoindre le refuge Temple-Ecrins, ce qui nous demandera encore 2h30 d'efforts, 500 mètres de dénivelé négatif, 400 mètres de dénivelé positif, pour une distance de presque 5 km. Une chaude montée (Laurent Coursol m'avait prévenu !), récompensée par l'arrivée dans un refuge entièrement rénové... ou presque, car là encore pas de douche chaude, mais seule l'eau (très) froide jaillit des pommeaux ! ;-) Pas glop...

Dîner annoncé pour 18h30, et réveil à... 3h30 ! 

J2 & 3 - Ascension du Pic Coolidge (ou montée au col de la Temple), retour au refuge Temple-Ecrins, et redescente à La Bérarde

Ah, les nuits en refuge, parfois ça vous use, car elles sont rarement complètes... Pas de gros ronfleurs aux alentours, les participants dorment silencieusement quand la gardienne (c'était aussi une gardienne à la Pilatte) vient nous réveiller. Le groupe met un peu moins de temps à se préparer ce matin, nous sommes tous prêts à décoller à 4h20, c'est le métier qui rentre... 

Montée à la frontale presque jusqu'au névé qui mène au col de la Temple. Joli coucher de lune du côté des pics du Says, les frontales des cordées qui nous devancent s'éteignent peu à peu, le couloir N des Bans s'illumine subitement, la montée est grandiose. Malheureusement Bruno se tord la cheville ; Isabelle, qui n'a pas fermé l'oeil de la nuit, avance moins bien que les jours précédents. Au col, Bruno, Isabelle et Gilles décident finalement de renoncer à faire le sommet. Sage décision, je crois qu'il eût été difficile d'amener l'ensemble du groupe au sommet du Pic Coolidge. Je manque encore d'habitude pour estimer le nombre optimal de participant.e.s dans ce genre de terrain haute montagne, la leçon que j'en retiens est qu'il est nécessaire pour la sécurité d'avoir un encadrant par cordée, et donc limiter le nombre de personnes à 2 ou 3 participants par encadrant afin de tenir une cadence compatible avec un horaire raisonnable et une progression en toute sécurité.

Il nous faudra en tout 6h pour monter au sommet (en fait l'antécime) du Pic Coolidge, et revenir au col de la Temple. C'est plus que ce qu'indiquent les topo, bien sûr, une cordée de 4 progresse moins vite qu'une cordée de 2, de même qu'un débutant avance moins vite qu'un alpiniste aguerri. C'est pourquoi nous nous arrêtons à l'antécime, sans compter les nuages qui s'accumulent aux alentours.

On redescend prudemment. A un passage clé avant d'atteindre la fin des vires, je descends ma cordée en moulinette, ma corde sert de main courante pour la cordée de Franck, et je descends en rappel. Mieux vaut perdre un peu de temps, et gagner en sécurité, c'est la priorité numéro 1. Retour au Col de la Temple à 13h30, et au refuge Temple-Ecrins avant 15h30. La journée a été longue, mais n'est pas finie, il faut encore descendre à La Bérarde.

J'y arrive à 18h30, un peu fourbu après plus de 13h d'efforts, mais ravi d'avoir pu réaliser ces deux sommets, le premier avec l'ensemble des participants, le second (nettement plus dur physiquement et un peu plus exigeant techniquement)  avec la majorité d'entre eux.

Tout le monde a "la banane" même si la fatigue tire un peu les traits de chacun.e. Le plus dur reste à faire : prendre la route et rentrer à Aix.

Pour voir toutes les photos de l'ascension au Gioberney, cliquer sur le lien :

https://photos.app.goo.gl/WQoZzZdEHZ4gUNKy9

Pour voir toutes les photos de l'ascension au Pic Coolidge, cliquer sur le lien :

https://photos.app.goo.gl/SwBeY1f82Lh7KZJZA

CLUB ALPIN FRANCAIS AIX EN PROVENCE
MAISON DES ASSOCIATIONS
1 RUE EMILE TAVAN
13100  AIX EN PROVENCE
Contactez-nous
Tél. 04 42 27 85 65
Permanences :
jeudi 19:00 - 20:30
Agenda