Carnet de route

Verticaillou : Pelvoux

Le 09/05/2020 par Hugo et Charlotte

Sortie Verticaillou : Pelvoux du 21 au 24 février 2020

Nous sommes nombreux à avoir la chance de participer à ce séjour dans les Écrins. Nous étions 9, accompagnés par Martine, Michele, Bernard, Claude et Jean-Paul, notre guide. Durant ce séjour, ski alpin, ski rando, raquettes et escalade sont prévus, la cascade de glace étant impraticable.
 Le jeudi, la veille du départ, Romain, Estelle, Yannick et moi se retrouvons vers 19h30 chez Claude et Martine pour charger les voitures, nous dormirons chez eux pour un départ tôt le matin...

1er jour : départ 5h45, on prend la route le plus vite possible pour pouvoir profiter de cette magnifique journée de ski qui s'annonce à la station de Pelvoux. On loue le matériel manquant au Sport 2000 puis on est sur les pistes 15 min après l'ouverture de la station avec un temps idéal. Chacun prend du plaisir à dévaler ou descendre tranquillement les pistes. 3, 4 groupes se forment car impossible de skier à 15 ensembles. On en profite aussi pour descendre les pistes sympas de Puy-Aillaud. En fin de matinée nous sommes 5 à prendre de beaux petits hors-pistes mais la neige est un peu gelée à l'ombre. Martine et Bernard apprennent même à skier à Michele !
On se retrouve vers 12h30 en haut de la station pour prendre la pause déjeuner. Magnifique vue et pas grand monde. Chacun a l'air d'apprécier, de passer un bon moment, puis c'est reparti. Cette journée est une mise en jambes pour les prochains jours qui arrivent. Fin de journée, on fait un échange au magasin de loc, je prends un splitboard et Yannick loue des skis de rando, puis on va au centre de l'Eychauda où nous allons séjourner. On décharge les voitures, et nous nous répartissons dans les chambres. Nous faisons des exercices de D.V.A dans un petit champ.
Le dîner est à 19h30, les gardiens du gîte cuisinent super bien. On fait un petit briefing de la journée puis organisons la journée du lendemain. Jean-Paul et Michele nous montrent la carte mais la fatigue commence à se faire sentir après cette longue journée, on regagne les lits et tout le monde tombe.

2e jour : topo de la sortie : 1200m de dénivelé positif, direction lac de l'Eychauda situé à 2514 m. Un groupe en ski de rando (Yannick, Estelle, Jules, Fabian, Bernard, Claude, Jean-Paul et moi) et un autre en raquettes (Romain, Charlotte, Amélie, William, Martine et Michele).
Claude nous a rejoint hier soir. Après un bon p'tit déj, nous prenons la petite route de l'Eychauda en voiture jusqu’à ce que la neige prenne place. Le début de la rando se fait avec les skis sur le sac afin d'éviter un détour puis au bout d'une demie heure, on met les peaux de phoque, les raquettes, puis c'est parti. Le temps est encore une fois magnifique mais il fait très très chaud. Le sac prend de plus en plus de volume. Durant toute la montée, nous suivons les traces de Jean-Paul ce qui nous facilite bien les choses. Les écarts entre les skieurs et raquettistes ne sont pas si importants, on arrive presque en même temps juste au-dessus du lac à 2570m indiqué par la montre de Bernard, après 5h de marche. Une fois en haut, on admire la vue, Michele nous fait goûter son superbe fromage italien. On ne s'attarde pas trop car la descente est plutôt longue et on est parti un peu tard du parking. La neige est hyper bonne. Encore une fois, on ne croise personne. Dans ce sens-là, on n’aura pas eu besoin de déchausser car on aura suivi la route. Arrivés au parking, on met tout dans le coffre de toit puis avec la voiture de Jean-Paul et de Bernard, on gagne le gîte. Ensuite nous faisons quelques courses au Proxi pour préparer le pic-nique de demain et d'après-demain. Les raquettistes arriveront un peu plus tard avec la nuit. Heureusement, Martine les a pressés pour rentrer, mais de toutes façons ils auraient pu s’éclairer avec les bougies emportées par Michele (« on ne sait jamais ! »).
Enfin, douche, dîner où ils nous racontent leur descente en luge et leur aventure, encore un super repas, jeu de président puis lecture de cartes pour préparer la sortie de demain. Une nuit bien méritée s'annonce, les jambes en ont besoin.

3e jour : réveil plus tôt car le départ de la rando se fait à Le Laus (1626 m) sur le col de l'Izoard, à 45 min en voiture de là où nous sommes. On est assez efficace pour se préparer (pour pouvoir rentrer plus tôt afin de faire notre première séance escalade tant attendue), nous décollons à 8h. Arrivés au parking, il y a un peu plus de monde qu'hier mais toujours un temps incroyable, il fait un peu plus frais. On s'équipe. On est plus prêts physiquement. Les raquettistes iront au col des Ourdeis à 2420 m et nous, les skieurs, avec Jean-Paul, prévoyons d'aller au col des Peygus à 2621 m, redescendre sur l'autre versant, remonter une côte puis redescendre jusqu'au parking. Martine et Bernard nous accompagneront et Claude ira avec le groupe raquettes, mené par Michele. Le début se fait sur la route du col l'Izoard puis se quitte sur la droite pour rejoindre les chalets de l'Izoard et ensuite continuer dans ce magnifique cirque de dunes de neige, un vent léger nous permettra de ne pas mourir de chaud. Arrivés-là, les raquettistes partiront sur la gauche pour atteindre leur col puis nous, nous partirons plus à droite pour rejoindre un petit lac et ensuite continuer jusqu'au col des Peygus où nous rencontrerons des cafistes de Grenoble. Les raquettistes décident de couper, le GR étant pas mal occupé. Ils discutent notamment avec des grands-mères en pleine forme, venant du CAF de Bordeaux. Une fois sortis du chemin, Charlotte trace un azimut et ils atterrissent pile sur le chalet visé. S’en suit une montée tranquille vers le col. Romain fait la trace et Michele lui conseille de choisir une belle courbe pour monter (c’est pas gagné, il préfère les diagonales !). Arrivés au col, ça souffle, donc ils choisissent de descendre un peu sur l’autre versant pour trouver un endroit à l’abri du vent. De notre côté, la vue est incroyable mais changement de plan, nous décidons de ne pas repartir de l'autre côté de la vallée. On préfère assurer la descente par là où nous sommes montés car la neige est top alors que nous ne savons pas comment elle est sur l'autre versant, de plus il nous manque un peu de temps sachant qu'il nous reste que ce soir pour faire de l'escalade. Lors de la descente, on aperçoit au loin nos raquettistes avec leurs traces de luge. Nous continuons de descendre mais trop bas, Jean-Paul nous dit qu'on ne pourra pas continuer par là, obligés de remonter, on remet les peaux. On rejoint la route qui nous permettra de rejoindre les voitures. Ce fût encore une bonne journée, malheureusement Claude doit rentrer à Marseille ce soir. Arrivés au gîte, on range les skis et raquettes et faisons sécher les peaux. Impatients, on prend nos chaussons et baudriers pour aller grimper, certains choisissent le bloc tandis que Jean-Paul apprend à faire les manips de grande voie à Amélie et Charlotte. On passe un superbe moment lors de cette dernière soirée. Michele nous raconte l'histoire du sanglier volant ; Jean-Paul, ses aventures incroyables...

Dernier jour : aujourd'hui rando prévue dans la vallée de Freissinières. Le départ se fait depuis le hameau Les Aujards (1600 m), pour rejoindre la Tête des Raisins (2655 m) en passant par la Tête de la Lauzière (2397 m). L’accès en voiture se termine par un sentier boueux et pas très large. Jean-Paul passe le premier en conduite sportive mais finalement tout le monde arrive au hameau Les Aujards. On part du parking aux alentours de 10h, on aura eu un temps magnifique pendant ces 4 jours. Le départ se fait avec une neige partielle, on fait du ski herbe entre les bois pendant un moment mais c'est marrant. Côté raquettes, Michele souhaite nous faire travailler la lecture de carte et le tracé d’azimuts. La carte on l’a pas mal regardée les jours précédents, donc à l’unanimité on décide d’y aller « grosso-modo ». William nous guide et on arrive tout de même à bon port.
Skieurs : Avant de reprendre le bon chemin, on fait une pause pic-nique sous un arbre qui nous protège du soleil car il fait très chaud. On aperçoit notre Tête mais on se dit que l'on n'aura pas assez de temps. On voit un groupe descendre juste au-dessus. On repart et en montant, on voit l'autre partie du groupe en hauteur, face au soleil en train de faire leur pause déj, puis on continue notre ascension. Finalement, on se dit que c'est faisable, on atteint assez vite la Tête des Lauzières, il reste plus qu'à longer la crête. Vers la fin, la neige est gelée, on sort les couteaux, la pente est assez raide, une vue incroyable sur le Queyras nous attend au sommet, on aperçoit très bien le glacier de Pelvoux, le soleil s’apprête à disparaître, c'est magique. Les raquetteurs n’iront pas jusqu’à leur col, il leur restait 100 m de dénivelé, mais ils ont trouvé un super endroit pour manger, avec vue sur le groupe des skieurs et sur la vallée de Briançon. Avant, ils avaient pris la pose en mode « rébuffade », l’air fier. A la montée, ils se font doubler par un parapentiste qui monte pour sauter. L’avantage incontestable des raquettes, c’est que Michele est dans le groupe, donc on peut profiter du fromage de son village italien ! (Buonabitacolo, qui peut se traduire comme « le village où il fait bon vivre »). Dans la descente ils décident d’écrire VERTICAILLOU en énorme dans la neige, en espérant que les skieurs le voient à la descente (ce qui n’arrivera pas mais ils auront vu les photos !).

Super séjour pour tout le monde, à de nouvelles aventures !!!

Hugo et Charlotte

 

Pour voir toutes les photos, cliquez ici







CLUB ALPIN FRANCAIS AIX EN PROVENCE
MAISON DES ASSOCIATIONS
1 RUE EMILE TAVAN
13100  AIX EN PROVENCE
Contactez-nous
Tél. 04 42 27 85 65
Permanences :
jeudi 19:00 - 20:30
Agenda